houle


houle

houle [ 'ul ] n. f.
• 1484; germ. hol « creux »
1Mouvement ondulatoire à la surface libre d'un liquide. Hauteur de la houle. Période de la houle : temps qui sépare le passage de deux crêtes successives. — Cour. Mouvement qui agite l'eau (d'un lac, de la mer) sans déferlement des vagues. Une forte, une grosse houle. Navire balancé par la houle. roulis, tangage.
Au plur. Vieilli Grosses vagues d'une mer agitée. « occupés à regarder mourir à nos pieds les longues houles qui venaient d'Amérique » (Fromentin).
2Ce qui rappelle, par son aspect (ou son mouvement), la surface d'une mer houleuse. Il contemplait « l'énorme houle des verdures forestières » (L. Bertrand). Une houle humaine.

houle
n. f.
d1./d Mouvement ondulatoire de la mer formant des lames longues et élevées qui ne déferlent pas; ces lames elles-mêmes.
d2./d Par métaph. Litt. Ondulation, mouvement rappelant la surface d'une mer agitée. La houle d'un champ de blé.

HOULE, subst. fém.
A. — Mouvement ondulatoire de grande amplitude qui agite la surface de la mer en y formant des ondes dont les crêtes s'arrondissent sans déferler. La marée ayant reversé, il n'y avait point de brisans, mais seulement une forte houle (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 174) :
1. Et la houle passe, lente, molle, régulière, patiente, exaspérante. C'est comme de grands dos polis et luisants, qui s'enflent, donnent leur coup d'épaule, vous soulèvent et vous laissent retomber.
LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 291.
SYNT. Houle du large; ondulations, creux, montées de la houle; balancement, rythme de la houle; levées, secousses, mouvements désordonnés de la houle; rumeurs, mélodie monotone de la houle; grands bruits de houle, grondement d'une grosse houle, roulement lointain de la houle; faible, légère houle; grande, grosse, puissante houle; houle plate, lisse et uniforme, longue; houle creuse, haute, puissante, bien enflée, lourde, énorme, menaçante; houle apaisée; houle claire, laiteuse, grise, noire; houle qui se lève, agite, ondule (la surface de) la mer, soulève les flots, gonfle l'océan, se creuse, grossit, s'enfle; houle qui tombe, meurt; tanguer dans la houle, se mettre en travers de la houle; être porté sur une grande houle.
HYDROGRAPHIE. ,,La houle est produite par un mouvement orbitaire des molécules liquides, décrivant toutes un cercle d'un mouvement uniforme autour d'un centre fixe. Toutes les molécules, dont les centres d'oscillation sont sur une même verticale, occupent simultanément les mêmes positions angulaires sur leurs orbites`` (VILLEN. 1974). L'état de la mer est dénommé houle ou clapotis, suivant que les trajectoires des molécules liquides sont orbitaires ou rectilignes (QUINETTE DE ROCHEMONT, Trav. mar., t. 1, 1900, p. 78).
Hauteur (totale) de la houle. ,,Distance verticale qui sépare le creux de la crête de la vague`` (VILLEN. 1974). Longueur de la houle. ,,Distance qui sépare deux crêtes successives`` (VILLEN. 1974). Synon. longueur d'onde. Période de la houle. ,,Temps écoulé entre le passage de deux crêtes successives`` (VILLEN. 1974). Houle de fond. Forte houle provoquée par un phénomène sous-marin (cf. Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop. et QUILLET 1965). Synon. houle profonde. La mer était belle avec une grosse houle de fond qui nous faisait rouler (CENDRARS, Du monde entier au cœur du monde, Feuilles de route, 1924, p. 177). Houle d'ouragan. ,,Forte houle produite par le passage d'un cyclone et dont l'effet peut se faire sentir jusqu'à 700 ou 800 km de distance. (Appelée improprement marée d'ouragan)`` (GRUSS 1952). Houle qui marque. Houle qui ,,commence à paraître`` (BONN.-PARIS 1859).
Rem. 1. ,,On ne doit pas employer le mot « houle » s'agissant de la mer qui déferle sur les plages mais « mer », ou « lames » ou « rouleaux »`` (LE CLÈRE 1960). On rencontre de tels emplois dans la lang. littér. Une longue houle aux vagues cataractantes battait bruyamment une grève plus vierge qu'un atoll océanien (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 177). 2. On relève par ailleurs, un emploi poétique de houle au sing. collectif pour désigner « le mouvement de la mer, le flot ». La terre prolongeait en bas, immense et sombre, Les continents battus par la houle des mers (LECONTE DE LISLE, Poèmes barb., 1872, p. 295). 3. La docum. littér. fournit par ailleurs des emplois abusifs du mot houle à propos des mouvements de la marée. L'éloquence du révérend père se gonflait et roulait à travers la nef comme roule dans une grotte sonore la houle épaisse des marées (GIDE, Caves, 1914, p. 705).
[Par amplification poétique ou par abus, le mot houle s'emploie pour signifier le mouvement d'une mer de tempête agitée par des lames qui déferlent en écumant] Lame de houle. La houle s'enfle, court, se dresse comme un mur Et déferle (HEREDIA, Trophées, 1893, p. 144).
Littér., p. méton., au plur. Les houles. Les ondes, les vagues plus ou moins marquées, qui ne déferlent ni n'écument, imprimées par ce mouvement ondulatoire à la surface de la mer. L'immense mer sommeille. Elle hausse et balance Ses houles où le ciel met d'éclatants îlots (LECONTE DE LISLE, Poèmes trag., 1884, p. 72).
Rem. Par amplification poétique ou par abus, le mot houle s'emploie au plur. pour désigner des lames qui déferlent en écumant en haute mer ou viennent se briser sur les plages, ou encore pour désigner les effets du mouvement des marées (cf. supra). Houles des hautes mers, qui blanchissez le sable (ID., Poèmes barb., 1855, p. 89).
Rare, au sing. Onde, vague. On dégueulait sans manières, au petit bonheur... (...) La mer gonflait à mesure... À chaque houle, à la remontée, un bon rendu... À la descente au moins douze bien plus opulents, plus compacts (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 146).
B. — P. ext., littér. [Le mot houle sert à désigner le mouvement ondulatoire agitant des surfaces liquides autres que celle de la mer] Malgré sa houle, sa palpitation, le lac, lui, paraissait inerte, maléfique (GENEVOIX, E. Charlebois, 1944, p. 53).
P. exagér. Le vin chaud bouillait sur un feu de braise, soulevant sur sa houle empourprée des bouées de citron et des épaves de cannelle (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 70).
P. méton., au plur. Comme se fondent les unes dans les autres les houles légères sur un fleuve paisible (MONTHERL., Olymp., 1924, p. 255).
C. — P. anal. et p. métaph., littér.
1. [P. anal. de mouvement; à propos de tout mouvement ou processus qui rappelle la houle par ses ondulations, par la variation périodique de son intensité]
[À propos d'une masse végétale agitée par le vent] Houle de la végétation, des blés, de la moisson, du feuillage, des prairies, des herbes. J'ai gravi des sommets où l'on ne savait plus, devant la houle infinie des arbres et des flots confondus aux regards, laquelle, de la forêt ou de la mer, oscillait en chantant (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 153) :
2. ... la mouvante mer sans fin des moissons mûres
Dont la houle, semblable au vaste rêve humain,
Roule, se gonfle et meurt et frissonne et murmure
Vers la ligne de ciel qu'elle n'atteint jamais.
Ch. GUÉRIN, Cœur solit., 1904, p. 54.
P. méton., au plur. Houles des herbes, des moissons, des prairies, de la forêt. Des herbes hautes, vertes, d'un vert profond, onduleuses comme la mer, et dont les houles uniformes par grandes nappes vont se perdre vers la ligne d'horizon (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 93).
[À propos d'une masse humaine (ou animale) en mouvement] Houle qui agite une multitude, des têtes. Une houle d'hommes et d'animaux bat le léger véhicule. La cohue grandit, sonore et joyeuse (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 66). Une vaste curiosité commença à remuer la foule qui se serra, se tassa, eut en avant la houle d'une mer humaine, puis s'arrêta (GONCOURT, Mme Gervaisais, 1869, p. 94) :
3. Des remous agitaient la masse qui refluait. Les bannières oscillaient, disparaissaient un instant et reparaissaient en loques. Les ondulations de la houle se propageaient jusqu'à l'escalier, tandis que toutes les têtes moutonnaient à la surface comme une mer soudainement remuée par un grain.
VERNE, Tour monde, 1873, p. 145.
P. méton., au plur. La nature, le bois, les houles de la rue M'emplissent de leurs cris et de leurs mouvements (NOAILLES, Cœur innombr., 1901, p. 20).
[À propos du corps humain (ou animal) ou de l'une de ses parties] Femme à la foulée souple, aux hanches qu'anime une houle aguichante (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 37) :
4. ... les gémissements des mères et, plus encore, la houle silencieuse de la poitrine des pères ont une bien autre puissance que les mots ou les couleurs, tellement la peine de l'homme appartient au monde invisible.
BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 224.
P. méton., au plur. Une musculature de Crotoniate et d'animal dévorateur où les mouvements faisaient courir des houles sous la peau (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 31).
[À propos d'une masse d'air en mouvement] On était en avance sur l'horaire, car les vents poussaient du sud vers le nord leur grande houle favorable (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p. 94).
P. méton., au plur. Mais dehors le vent (...) pousse autour de la maison ses houles puissantes et tourmentées (GENEVOIX, Rroû, 1931, p. 162).
[À propos de la lumière, de phénomènes lumineux] La porte ouverte laisse entrer un flot de lumière si éblouissant qu'il redresse le front, assure ses larges épaules, comme pour mieux faire face à la grande houle radieuse accourue du fond des cieux (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1458) :
5. L'écluse du couchant, creusée jusqu'au nadir,
Est pleine de rayons qui cherchent la bataille.
Les flots jaunes en rangs attaquent les murailles, (...)
L'encolure des monts frémit sous la poussée;
La houle tout à coup recule, puis, massée,
Repart, grossit, s'emballe et crève l'horizon.
Les sommets débandés se sauvent; leur toison
Brûle. L'océan jaune inonde l'étendue,
Et déferle.
ROMAINS, Vie unan., 1908, p. 206.
P. méton., au plur. Tu roules comme un fleuve, ô roi, source de l'être! Le visible infini que ta splendeur pénètre, En houles de lumière ardemment agité Palpite de ta force et de ta majesté (LECONTE DE LISLE, Poèmes ant., 1852, p. 324).
2. [P. anal. d'aspect; à propos de tout relief présentant une succession alternée de saillies et de creux, de montées et de descentes, et perçu comme étant en quelque sorte le dessin figé du mouvement ondulatoire de la houle] Paris, autour d'eux, étendait son immensité grise, aux lointains bleuâtres, ses vallées profondes, où roulait une houle de toitures (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 450). La houle des moulures Louis seize (COCTEAU, Crit. indir., 1932, p. 251).
[S'emploie en partic. à propos du relief terrestre] Houle des terrains; houle immobile des monts. Les formes dures de toute une houle de glaciers très éloignés et très hauts (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 298). Rien n'est plat [au Pérou]; où poser le pied sur cette houle pétrifiée dans un rayon de cent kilomètres? (MORAND, Air indien, 1932, p. 105) :
6. La terre, de là-haut, paraissait nue et morte; l'avion descend : elle s'habille. Les bois de nouveau la capitonnent, les vallées, les coteaux impriment en elle une houle : elle respire. Une montagne qu'il survole, poitrine de géant couché, se gonfle presque jusqu'à lui.
SAINT-EXUP., Courr. Sud, 1928, p. 12.
P. méton., au plur. La dune monte comme une colline. Sur la crête, un grand vent souffle (...). Les houles croulent les unes après les autres, tranquilles, avec des fumées d'écume (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 149).
D. — Au fig. ou p. métaph., littér. [Au plan subjectif, à propos de mouvements intérieurs du cœur, du corps ou de l'esprit, provoquant une agitation ressentie comme une sorte de houle intérieure]
1. [À propos de sentiments ou de sensations] Houle de joie, de gaieté; houle de l'enthousiasme, de l'orgueil; houle de rage, de fureur; houle de regrets, de chagrin, de détresse, de sanglots. Sourire quand la rage lui montait à la gorge en une houle lourde et dure! (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 20) :
7. ... à présent il était mon seul espoir. Ses mains arrachèrent ma combinaison, elles caressaient mon ventre, et je m'abandonnai à la houle noire du désir; emportée, ballottée, submergée, soulevée, précipitée...
BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 73.
P. méton., au plur. À présent pourquoi ces houles d'angoisse qui me submergent? (MONTHERL., Olymp., 1924, p. 273).
2. [À propos de l'activité intellectuelle] Dans cette houle de réflexions sur son âme, sur Paris, sur l'Eucharistie, sur la musique, sur Chartres, Durtal finissait par s'abasourdir (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p. 223) :
8. ... tes deux dernières courtes lettres m'ont fait plaisir. Elles ont un souffle qui m'a gonflé, je crois, car je suis dans le même état lyrique que toi. J'y ai vu que tu étais emportée dans l'art et que tu roulais dans la houle intellectuelle, ballottée à tous les grands vents apolloniques.
FLAUB., Corresp., 1853, p. 102.
P. méton., au plur. Un grand esprit en marche a ses rumeurs, ses houles, Ses chocs, et fait frémir profondément les foules, Et remue en passant le monde autour de lui (HUGO, Légende, t. 6, 1883, p. 177) :
9. ... C'est la fraîcheur courant aux crêtes du langage, l'écume encore aux lèvres du poème,
Et l'homme encore de toutes parts pressé d'idées nouvelles, qui cède au soulèvement des grandes houles de l'esprit...
SAINT-JOHN-PERSE, Exil, 1942, p. 259.
Prononc. et Orth. : [ul] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1718; de 1718-1762 avec 2 l. Étymol. et Hist. 1484 « mouvement ondulatoire de la mer » (GARCIE, Gr. Rout. ds Fr. mod. t. 26, p. 53). Prob. même mot que houle « cavité » qui vit presque exclusivement en Normandie et dans les régions limitrophes (cf. Louviers, houle « cavité où se retirent les poissons au bord de la rivière »; Blois « grande crevasse remplie de terre qu'on rencontre dans les bancs de pierre » et les dér. norm. houlette « trou de lapin », Havre se déhouler « sortir à regret de son lit ou de chez soi » ds FEW t. 16, p. 220b) et qui est empr. de l'a. scand. hol « caverne ». Le sens du mot fr. est sans doute né de l'aspect du creux des vagues; cf. FEW t. 16, pp. 220b-221a. Fréq. abs. littér. : 507. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 244, b) 857; XXe s. : a) 996, b) 889. Bbg. LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 306, 307.

houle ['ul] n. f.
ÉTYM. 1484; de l'anc. germanique hol (all. hohl) « creux », probablt à cause du creux des vagues; cf. all. hohle See « houle, grosse mer », proprt « mer creuse ».
1 Mouvement ondulatoire qui agite la mer sans faire déferler les vagues (→ Fuyant, cit. 3; onde, cit. 13). || Forte, grosse houle (→ Fatiguer, cit. 16; est, cit. 1, Chateaubriand). || Houle d'ouragan. || Le balancement de la houle (→ Électricité, cit. 2). || Canot (cit. 2) soulevé par la houle. || Navire balancé par la houle. Roulis.Hauteur de la houle : dénivellation entre le creux et la crête.Période de la houle : temps qui sépare le passage de deux crêtes successives.
1 Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses (…)
Baudelaire, le Spleen de Paris, XLI.
2 La houle s'amusait obstinément à balancer le Cyclone et l'embarcation dans des montées et des descentes opposées : on les eût dit aux deux bouts d'une bascule.
Roger Vercel, Remorques, V, p. 111.
Au plur. Grosses vagues d'une mer agitée. || Le frisson (cit. 31) des houles. || Navire ballotté par les houles. Tangage.
3 Quelquefois le soleil se couchait que nous étions encore assis sur la côte élevée, occupés à regarder mourir à nos pieds les longues houles qui venaient d'Amérique.
E. Fromentin, Dominique, XI (1862).
3.1 Joshua roule éperdument dans une mer hachée par deux systèmes de houle, l'une venant du nord-est (direction de l'alizé) et l'autre du nord-ouest après avoir contourné l'île Gran Canaria. Il faut border toutes les voiles pour amortir un peu ce roulis infernal.
Bernard Moitessier, Cap Horn à la voile, p. 91.
2 (Après 1850). Par métaphore ou par anal. || La houle d'un champ de blé sous la brise (→ Haleine, cit. 31). || Des houles de feuillages (→ Bois, cit. 11, Leconte de Lisle).
4 De son cabinet, il contemplait (…) l'énorme houle des verdures forestières.
Louis Bertrand, Louis XIV, III, II.
5 La houle des pins entourait la métairie abandonnée d'une lamentation infinie.
F. Mauriac, la Fin de la nuit, XI, p. 227.
Par métaphore ou fig. (→ Foule, cit. 10). || Une houle humaine (→ Battre, cit. 41). || La houle des passions.
6 Un grand esprit en marche a ses rumeurs, ses houles,
Ses chocs, et fait frémir profondément les foules (…)
Hugo, la Légende des siècles, XXXVIII, « Les esprits » (1859).
7 De grands élans le parcouraient en profondeur, dont il épiait curieusement l'éveil, suivait la houle puissante et secrète. Cette houle, quelquefois, débordait tout son corps; il la sentait sortir de lui, avec un tressaillement qui lui glaçait la peau.
M. Genevoix, Raboliot, IV, I.
3 Littér. Mouvement qui forme des vagues; surface ondulée. 1. Vague; ondulation. || La houle d'une chevelure. || La houle des montagnes à l'horizon.
8 Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure (…)
Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », La chevelure (→ Ébène, cit. 3).
9 La mode voulait les cheveux très ondulés, formant au-dessus de la tête une houle volumineuse, qui allait s'appuyer sur un chignon lui-même épais et remontant.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, X, p. 135.
DÉR. Houler, houleux.
COMP. Houlographe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • houle — houle …   Dictionnaire des rimes

  • Houle — is a surname, and may refer to:* David Houle (21st century), evolutionary biologist * Eric Houle (born 1981), Arena Football League kicker * Jocelyne Houle (born 1954), Quebec politician and businesswoman * Marie Josée Houle (21st century),… …   Wikipedia

  • *houle — ● houle nom féminin (germaniquehol, creux, ouancien scandinave hol, caverne) Oscillation régulière de la surface de la mer, indépendante du vent local. Grosses vagues d une mer agitée : Il y a de la houle aujourd hui, le vent s est levé.… …   Encyclopédie Universelle

  • houle — 1. (hou l ) s. f. 1°   Mouvement d ondulation que la mer conserve après une tempête. Il y a de la houle. •   La houle est proprement le creux, la vallée large et quelquefois profonde qui existe entre les crêtes de deux lames que le calme n a pas… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Houle — steht für: einen kanadischen Landmaschinenhersteller, siehe GEA Farm Technologies Houle ist der Familienname folgender Personen: François Houle, kanadischer Sopransaxophonist und Klarinettist Marc Houle, kanadischer Techno Produzent und DJ Réjean …   Deutsch Wikipedia

  • Houle — Le nom se rencontre en Normandie (27, 61). Sans doute un toponyme désignant une cavité, un creux. Le mot désignait aussi en ancien français un lieu de débauche, un bordel …   Noms de famille

  • houle — obs. f. hole n., howl, owl …   Useful english dictionary

  • Houle — La houle est un mouvement ondulatoire de la surface de la mer qui est formé par un champ de vent éloigné de la zone d observation (vent lointain)[1]. C est donc un cas particulier de vague. Mer croisée, peu agitée. Petite houle Plus précisément c …   Wikipédia en Français

  • HOULE — s. f. (H s aspire.) T. de Marine. Mouvement d ondulation que les eaux de la mer conservent après une tempête, mais qui les agite sans bruit et sans former d écume. Il y a de la houle, beaucoup de houle. Petite houle. Grosse houle. La houle était… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HOULE — n. f. Mouvement d’ondulation que les eaux de la mer conservent après une tempête, mais qui les agite sans bruit et sans former d’écume. Il y a de la houle, beaucoup de houle. La houle était fort grosse. Il se dit aussi des Grosses ondes d’une mer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.